Covid-19 : le vélo lui dit merci !

Dernière mise à jour : 13 juin

Depuis la crise sanitaire, le vélo est devenu un moyen de transport incontournable pour de nombreux citadins. De nouvelles entreprises autour du monde du vélo, comme https://www.trouver-un-reparateur.fr/, ont vu le jour. Aujourd'hui qu'en est-il du marché du vélo en France ?


La crise de la Covid : explosion du marché du vélo en France



La Covid pendant l’année 2020 a permis de faire exploser le marché français du vélo puisqu’il a augmenté de 25 % cette année-là selon l’Union Sport & Cycle.


En effet, pendant cette crise de la Covid, l’État avait mis plusieurs mesures en place pour faciliter le déplacement à vélo, sa réparation et surtout pour inciter les gens à s’en procurer un. De plus, les ventes de vélos vendus sont restées stables à 2,6 millions d’exemplaires, mais ce sont celles du vélo électrique qui ont fait exploser le chiffre d’affaires à plus de 3 milliards d’euros. En moyenne, un vélo électrique coûte 2 000 € environ. Pour continuer, le marché des pièces et accessoires vélo représente plus d’1 milliard d’euros en 2020, soit + 20 % en un an


Le « Coup de pouce vélo » organisé par l’État pour la réparation de vélo et les différentes formations proposées ont poussé les Français à ressortir leur engin. Sans oublier les aménagements cyclables des collectivités locales, qui ont contribué à rassurer la population en ce qui concerne les sorties à vélo.


Aujourd’hui, 1 vélo vendu sur 5 est un vélo électrique, soit + 29 % en un an. En 2020, il y a eu plus de 500 000 exemplaires de VAE vendus, notamment les VTT électriques. Cependant, la France reste bien derrière ses voisins européens comme les Belges, les Allemands ou encore les Hollandais, roi du vélo.


Pendant que les ventes de vélos pliants augmentaient de 11 % cette année 2020, les ventes de vélos de ville classiques reculaient du même pourcentage et les vélos de route de 13 %. Plus de la moitié des vélos, soit 66 % des vélos, ont été vendus par de grandes enseignes sportives comme Décathlon, pendant que les magasins spécialisés dans le vélo ont pris 60 % du marché avec les vélos plus haut de gamme.



Le futur du marché du vélo


L’étude « Impact économique et potentiel de développement des usages du vélo en France » donne des informations sur la situation actuelle du vélo en France et son évolution au cours des années.


Elle démontre que depuis une dizaine d’années, le vélo est beaucoup plus utilisé dans le tourisme, le sport, les loisirs et même au quotidien. La crise sanitaire a aussi eu un impact considérable sur cette évolution de l’utilisation du vélo comme nous l’avons vu précédemment.



Augmentation de la pratique du vélo et des investissements dédiés


Entre 2010 et 2018, à Paris il y a eu + 30 % de pratique régulière du vélo, à Lyon + 10 % en moyenne par an et à Bordeaux + 50 % entre 2015 et 2019 surtout pour aller au travail. Le vélo est donc de retour dans les villes et se joint à la voiture.


Grâce aux ventes du VAE, il y a eu une augmentation du chiffre d’affaires des ventes de vélo de + 51 % en 10 ans. Pendant ce temps, le nombre de ventes de vélos mécaniques (classiques) baisse considérablement depuis plusieurs années. De plus, le chiffre d’affaires de la fabrication de vélos et pièces détachées est passé de 344 à 539 millions d’euros en seulement 10 ans, soit une hausse de 57 %.


En ce qui concerne les investissements pour le vélo des collectivités, ils ont augmenté de 40 % en 10 ans. En effet, on remarque qu’ils passent de 328 à 468 millions d’euros, notamment dans les pistes cyclables et les voies vertes. Le Plan Vélo mis en place par l’État en 2018 a considérablement accéléré les choses.


Le vélo est de plus en plus utilisé dans le secteur du tourisme. La France est aujourd’hui la 2e destination mondiale du tourisme à vélo, juste derrière l’Allemagne. En 10 ans, le tourisme à vélo a augmenté de 46 %, soit pratiquement doublé, et représente 5,1 milliards d’euros par an. Ce tourisme est un tourisme d’avenir et présente un fort potentiel, puisqu’il rapporte beaucoup et a un faible impact sur l’environnement.



Il reste encore des améliorations à fournir


La France possède tout de même un retard concernant la pratique quotidienne du vélo, comparé à ses voisins européens comme l’Italie, la Belgique, l’Allemagne, le Danemark ou encore les Pays-Bas. En effet, notre pays n’est qu’à seulement 5 % tandis que les autres sont respectivement à 13 %, 15 %, 19 %, 30 % et 43 %. Les Pays-Bas sont connus pour être un pays à vélo surtout avec la ville d’Amsterdam où il est plus difficile de circuler en voiture qu’à vélo.


On remarque aussi qu’au sein de la France, la pratique du vélo est inégale en fonction des populations, si elles sont urbaines ou rurales. Cependant, les Français présentent un fort potentiel, car la plupart des déplacements effectués à vélo sont entre 1 et 7 km pour :

  • 54 % des cyclistes dans le centre des grandes villes

  • 65 % des cyclistes dans la périphérie des petites villes

  • 50 % des cyclistes dans la périphérie des grandes villes et dans les communes multipolarisées

On observe aussi une baisse de la pratique de la part des enfants et des jeunes. Ils préfèrent être accompagnés en voiture ou prendre les transports en commun comme le métro, le tramway, etc. En effet, dans les années 90 ils étaient les principaux utilisateurs des vélos, mais aujourd’hui avec les nombreuses applications de chauffeurs et les améliorations au niveau des transports en commun (mieux desservis), les jeunes vont à la facilité et délaissent le vélo. Seulement, pour les inciter à reprendre la voie des pistes cyclables, il faudrait déjà une meilleure sécurisation de celles-ci et le développement de parking à vélo dans les établissements scolaires, ce que l’État tente de faire actuellement.


Malheureusement, la France ne produit que 770 000 vélos par an, alors que le marché est de plus de 3 millions d’unités. Ainsi, la balance commerciale est déficitaire surtout depuis la création et l’accroissement du VAE.



Des efforts de l’État pour mettre en avant le vélo


Si vous voulez en savoir plus sur les mesures précises mises en place par le gouvernement français, consultez notre article « Vélo et gouvernement : qu'y a-t-il de prévu ? ».


Les collectivités locales investissent beaucoup dans le vélo et ça paye ! En effet, on remarque une augmentation du nombre d’utilisateurs dans les collectivités qui aménagent leur ville pour les vélos. De plus, les aménagements cyclables qui découlent de la crise sanitaire devraient aussi faire pencher la balance du côté du vélo. Sans oublier que dans le Plan Vélo prévu par l’État, les gares devraient aussi être aménagées pour accueillir des parkings à vélo sécurisés.


Aussi étrange que cela puisse paraitre, le VAE pourrait permettre de réduire les fractures sociales et territoriales. En effet, il s’est développé en premier dans les endroits où la pratique du vélo classique était faible, il touche les populations plus âgées et aussi plus féminines, en d’autres termes celles qui ont une pratique peu fréquente, voire inexistante du vélo. Il permet de faire de plus grandes distances, les cyclistes le pratiquent beaucoup plus souvent et surtout, on assiste à un délaissement de la voiture au profit du VAE pour les déplacements utilitaires.


Le vélo est un secteur économique d’avenir. Déjà dans le domaine du tourisme comme on l’a vu précédemment, mais aussi grâce aux activités indirectes liées au vélo. Aujourd’hui les retombées économiques directement liées au vélo sont de 8,2 milliards d’euros environ par an et représentent approximativement 80 000 emplois. Si le Plan Vélo parvient à atteindre son objectif de tripler la part modale de 3 % pour arriver à 9 %, les retombées socioéconomiques, actuelles, directes et indirectes liées au vélo augmenteraient. Elles sont aujourd’hui à 29,5 milliards d’euros et devraient doubler si le plan fonctionne. D’ici à 2030, l’objectif est d’obtenir une part modale de 24 % ce qui ferait 130 milliards d’euros de retombées socioéconomiques.



Si vous voulez en savoir plus sur l'entretien des vélos électriques, consultez notre article : « Chute à vélo : comment remonter en selle ? »


 

Et n’oubliez pas, si un problème venait à apparaître, appelez le fabricant de votre moteur ou contactez-nous :